> Actualités

Actualités

27/10/2020
À Brest, un site Internet pour localiser les sépultures
Vous connaissez un défunt sans savoir s’il a été inhumé ou si ses cendres ont été dispersées ?

Depuis 2016, la Ville de Brest propose, via un site Internet, de localiser en ligne la sépulture d’un défunt inhumé dans la ville. Le service s’adresse aux familles et aux généalogistes mais aussi aux entreprises funéraires.

Quel que soit le cimetière (on en compte six : Kerfautras, Saint-Martin, Recouvrance, Lambézellec, Saint-Marc et Saint-Pierre. Ils sont ouverts tous les jours, de 8 h à 18 h), l’outil numérique permet aux utilisateurs de retrouver la sépulture ou le lieu de dispersion des cendres d’un défunt.

Albert Louppe, ancien sénateur du Finistère et à l’initiative du pont qui porte aujourd’hui son nom, a été inhumé au cimetière de Saint-Martin. Il s’agit d’ailleurs du plus vieux cimetière de la ville.

Un plan pour s’y rendre

Sur le formulaire en ligne, on peut renseigner le nom de famille et, pour affiner la recherche, entrer le prénom et la date du décès. L’outil indique alors où se trouve la sépulture ou le lieu de dispersion des cendres, en fournissant un plan qui permet de s’y rendre.

Lire la suite

26/10/2020
Riec-sur-Bélon. La gestion du cimetière informatisée
Le cimetière communal contient plus de 1 100 concessions et un columbarium de 70 emplacements.

À l’heure où de grandes questions se posent en termes de gestion de l’espace funéraire, la société Gescime a accompagné les services municipaux dans ce projet de restructuration et d’optimisation, tant dans la gestion interne que dans les services proposés aux administrés. Ce travail permet aujourd’hui de mettre à disposition de tous (administrés, titulaires d’une concession, familles) un accès internet pour consulter et obtenir des informations pratiques sur les concessions du cimetière du bourg : www.riecsurbelon.fr

Récupérer des concessions.

Cette restructuration a permis de déterminer un certain nombre de concessions échues. Dans cette situation, le terrain concédé revient à la commune. Il ne peut cependant être repris par elle que deux années révolues après l’expiration de la période pour laquelle le terrain a été concédé. Dans l’intervalle de ces deux années, les concessionnaires peuvent user de leur droit de renouvellement.

Par ailleurs, et parce que l’espace vient à manquer et que les concessions libres sont devenues rares, la commune a engagé une démarche de récupération de concessions. Une cinquantaine d’entre elles vont être identifiées par des plaquettes d’information. La période de la Toussaint sera propice pour informer le plus grand nombre de familles concernées. Ces dernières sont invitées à se manifester en mairie afin de faire connaître leur souhait quant au renouvellement de la concession ou son abandon.

Lire la suite

01/11/2019
La Ville d'Orléans rejoint la communauté Gescime !
La Ville d'Orléans a choisi de faire confiance à la société Gescime pour la gestion de ses 6 cimetières communaux.

La communauté Gescime s'agrandit encore et nous avons le plaisir de vous annoncer que la Ville d'Orléans a choisi de nous faire confiance pour mener à bien son projet de restructuration des 6 cimetières communaux et 25.000 emplacements.

Lire la suite

31/10/2019
Bar-Le-Duc : Le cimetière civil renferme des tombes d’exception
Divisé en vingt-quatre cantons, le cimetière civil de Bar-le-Duc dispose de 8 911 emplacements pour un taux d’occupation de 86 %.

Des tombes majeures y figurent, comme l’enclos de la famille Oudinot, le caveau des Dyckhoff, les monuments dits « Au pélican » ou encore « L’ange à la trompette ».

Depuis 1850, date de sa création le long du chemin de Popey, le cimetière civil de Bar-le-Duc s’étend sur près de 5 hectares au lieu-dit de Nauchamps, à l’emplacement d’anciennes vignes. « Il regroupe aujourd’hui 8 911 emplacements, dont 1 228 sont libres, soit un taux d’occupation de 86,22 % », informe Romuald Schierer, l’un des deux agents communaux en charge de l’entretien des lieux. Toute l’année, le duo du service cimetière s’active à la tonte, au débroussaillage et au nettoyage du site, sans la moindre utilisation de produits phytosanitaires depuis le début de l’année.

À la période de la Toussaint, le cimetière connaît l’effervescence du souvenir.

« Beaucoup de familles recherchent leurs tombes. On dispose d’un fichier où tous les noms sont répertoriés. On est là pour les assister », observe-t-il.

Depuis quelques années déjà, l’agent constate une chute de l’achat de concessions. « Les gens préfèrent des monuments cinéraires ou le columbarium. Les urnes collées sur les tombes, ça se fait aussi ».

La plus vieille tombe date de 1820La particularité du cimetière barisien est de présenter des monuments d’exception, artistiques et historiques, véritables reflets de la vie des habitants de la cité. Dans sa partie basse, on trouve la stèle la plus ancienne du site, la tombe de Dominique Villeroy, marchand de son état, datée de 1820, transférée du cimetière de l’église Notre-Dame en 1850.

La chapelle funéraire de la famille Drouot-Métayer, récemment restaurée, contraste avec la déshérence d’une autre chapelle en train de s’effondrer. « On ne retrouve plus la famille et on ne peut rien faire pour la restaurer car elle appartient au domaine privé », constate Franck Mourot, chef du service Culture à la ville de Bar-le-Duc. Un panneau indique que la parcelle « fait l’objet d’une procédure de reprise ».

L'évolution des inhumations au cimetières de Bar-le-Duc. Un guide créé en 2010Parmi les monuments funéraires à découvrir figurent « L’ancre de Marine », dédié à un aspirant de marine, Lucien Hogard, décédé chez ses parents à 19 ans, et « L’ange à la trompette », réalisé par le sculpteur barisien Cavegenet vers 1871 en mémoire de l’artiste Pierre Alexandre Philippot, fondateur de l’école des Beaux-Arts de Santiago du Chili. Imposant, « Le Pélican » dévoile l’amour d’une mère pour ses enfants alors que le caveau de la famille Dyckhoff est plus classique, même si l’ingénieur Frédéric Dyckoff est connu pour avoir mis au point le moteur Diesel lors d’une première expérimentation sur le canal en 1905 à Bar-le-Duc.

L’enclos de la famille Oudinot est enfin à admirer, un legs entièrement rénové par la Ville en 2017. Majestueuse, cette concession perpétuelle tient lieu de sépulture à tous les héritiers du maréchal. Pour les personnes intéressées, les tombes majeures du cimetière ont fait l’objet d’un guide créé en 2010 par l’Office de tourisme.

Un logiciel pour localiser les défunts. Au cimetière civil de Bar-le-Duc, localiser les tombes des défunts est un jeu d’enfant. À condition de faire appel à un logiciel utilisé depuis 2017 par les deux agents communaux du site.

Baptisé Gescime , ce programme de gestion permet de rechercher une sépulture à partir d’un nom de famille, mais aussi de consulter les horaires d’ouverture et le règlement du cimetière, les tarifs des concessions, la liste des sépultures expirant dans l’année et celle en état d’abandon. Il est aussi possible d’interroger le logiciel depuis chez soi et même d’imprimer le plan du cimetière avec la localisation de la tombe recherchée.

Lire la suite

Nous contacter
Pour toute demande d'informations, contactez notre équipe
02 98 49 08 16