> Actualités

Actualités

08/06/2021
Angoulême, Arras, Compiègne, Sens, Neuilly Plaisance et Chalon sur Saône choisissent GESCIME !
Les villes d'Angoulême, Arras, Compiègne, Sens, Neuilly Plaisance et Chalon sur Saône ont choisi de faire confiance à la société Gescime pour la gestion de leurs cimetières.

La communauté Gescime s'agrandit encore et nous avons le plaisir de vous annoncer que les villes d'Angoulême, Arras, Compiègne, Sens, Neuilly Plaisance et Chalon sur Saône ont choisi de nous faire confiance pour mener à bien leurs projets de restructuration des cimetières communaux.

Lire la suite

08/06/2021
Bienvenue à BORDEAUX METROPOLE !
Bordeaux Métropole a choisi de faire confiance à Gescime pour ré-informatiser ses deux cimetières intercommunaux.

Après la Ville de Bordeaux, client Gescime depuis 2011, c'est à présent la métropole qui choisit de faire confiance à Gescime pour ré-informatiser ses deux cimetières intercommunaux. Ainsi les sites du Parc Cimetière Crématorium Rive Gauche, basé à Mérignac et celui du Parc Cimetière Rive Droite, basé à Artigues-près-Bordeaux utilisent Gescime au quotidien pour la gestion des cimetières.

Lire la suite

08/06/2021
TOURS : Gescime, le nouvel outil de gestion des cimetières
La Ville dispose d’un nouveau logiciel de gestion des cimetières qui permettra de reprendre plus facilement des emplacements et de réaliser des économies.

C'est une petite révolution que connaît depuis le 6 juin le service des cimetières de la Ville. Depuis cette date, le personnel dispose d'un nouveau logiciel, Gescime (pour gestion des cimetières). Plus simple, plus efficace, plus rapide, il offre plusieurs avantages dont celui de rassembler l'ensemble des démarches administratives et financières.
Surtout, Gescime permet de bénéficier d'une cartographie précise de l'état des lieux des cimetières (lire par ailleurs). Utile lorsque l'on a à gérer quelque 45.000 emplacements sur quatre sites.

« Avant, le contrôle se faisait à partir de cartes papier, rappelle Brigitte Garanger-Rousseau, maire-adjointe en charge des pompes funèbres et des cimetières. Pour arriver à remettre à jour toutes ces données, il aura fallu un an de travail au service. »
Ce nouvel outil va notamment permettre de reprendre plus facilement les emplacements abandonnés, en fin de concession (*), et de connaître ainsi les disponibilités futures. Au cimetière La Salle, on estime à environ 5.000 (sur un total de 25.000) le nombre d'emplacements qui pourraient ainsi être récupérés par la collectivité dans les prochaines années. « Ce sera probablement un peu moins car nous souhaitons préserver quelques tombes remarquables, créer de nouveaux espaces de verdures et de nouveaux accès aux carrés. »

Environ 5.000 emplacements à reprendre

Même s'il reste de la place au cimetière La Salle, la reprise de ces anciens emplacements redonnera une « nouvelle vie » au lieu où se déroulent en moyenne 500 inhumations ou dépôts de cendres chaque année?: « Cette nouvelle gestion va nous permettre d'utiliser La Salle pendant encore dix, quinze ans, voire plus, car le renouvellement des concessions se poursuivra, souligne un responsable du service. Même si les inhumations ont tendance à baisser par rapport aux crémations, nous devons anticiper car il y a aura beaucoup de décès dans les prochaines années avec la fin de la génération du baby-boom(lire par ailleurs). »
« Demain, lorsqu'une famille nous demandera un emplacement précis dans un carré, nous pourrons répondre,ajoute Brigitte Garanger-Rousseau , même s'il va falloir un peu de temps pour que tout se mette en place. »
Gescime aura aussi un impact financier. De nouveaux emplacements, ce sont de nouvelles recettes. Et l'utilisation de l'existant (La Salle) évitera à la collectivité d'aménager de nouveaux espaces au cimetière de Tours-Sud où la création d'une marguerite (500-600 emplacements) revient à… un million d'euros. Gescime, lui, a coûté 30.000 euros.
(*) Dans le cas d'une concession temporaire arrivée à son terme, la famille dispose de deux ans pour se manifester?; pour une concession perpétuelle en état d'abandon, qui n'est aujourd'hui plus délivrée, le délai est de trois ans.

repères

> 1.000 : C'est, en moyenne, le nombre de décès chaque année à Tours. Une petite majorité de familles choisissent l'inhumation à la crémation (60?% contre 40) mais l'écart diminue.
> 45.000 : le nombre d'emplacements dans les quatre cimetières tourangeaux (La Salle, Saint-Symphorien, Sainte-Radegonde et Tours-Sud). La Salle et Tours-Sud concentrent environ 90?% des emplacements.
> 27 : le nombre de salariés du service cimetières dont 7 pour la partie administrative et 20 pour les services techniques.

https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/gescime-le-nouvel-outil-de-gestion-des-cimetieres

Lire la suite

01/11/2019
La Ville d'Orléans rejoint la communauté Gescime !
La Ville d'Orléans a choisi de faire confiance à la société Gescime pour la gestion de ses 6 cimetières communaux.

La communauté Gescime s'agrandit encore et nous avons le plaisir de vous annoncer que la Ville d'Orléans a choisi de nous faire confiance pour mener à bien son projet de restructuration des 6 cimetières communaux et 25.000 emplacements.

Lire la suite

Nous contacter
Pour toute demande d'informations, contactez notre équipe
02 98 49 08 16