> Actualités

Actualités

31/10/2022
Plœmeur. Voici quelques-unes des tombes célèbres du cimetière
En rendant hommage à ses proches en ce jour de Toussaint, il est possible de passer devant les tombes de célébrités.

Le cimetière communal du bourg de Plœmeur (Morbihan) est, en effet, le lieu de sépulture de quelques personnalités dont voici une liste non exhaustive.

La ville de Plœmeur (Morbihan) a fait appel à l’entreprise Gescime, experte dans le domaine de la gestion des sites funéraires pour les collectivités locales. Sur le site de la Ville, il est désormais possible, en cliquant sur l’onglet cimetière, de retrouver la tombe d’un aïeul directement depuis chez soi ou depuis son smartphone et d’imprimer le plan du cimetière, mais aussi d’identifier plus facilement la tombe d’une célébrité. Initialement situé autour de l’église, le cimetière du bourg a accueilli ses premiers défunts en 1846. Déambulation dans les allées du cimetière en compagnie de Jean-Yves Le Lan, président du Comité d’histoire.

Alexandre Cathrine (1860-1920)
Il est né le 7 mai 1860 à Pontivy alors dénommée Napoléonville. Très jeune, il vint à Lorient. Il travailla tout d’abord dans l’imprimerie Chamaillard de Lorient puis à Nantes. À son retour à Lorient, il lança le journal Le Nouvelliste du Morbihan. Le premier numéro sortit le 30 décembre 1886. Il se maria le 19 janvier 1893 à Plœmeur avec Marie Louise Joséphine Guyomart d’origine plœmeuroise. À son décès, son fils, dénommé aussi Alexandre, reprit le journal.

Gustave Le Floch (1921-1943)
Il est né le 22 décembre 1921 à Lomener, en Plœmeur. Après une période d’activité à la pêche, il travailla pour les Travaux maritimes. Il s’embarqua en 1939 sur le navire Le Pouldu. En juin 1940, à l’arrivée des Allemands, il partit sur son navire pour Casablanca et rejoignit Bizerte en Tunisie. En mars 1943, il quitta le bord pour rejoindre les forces combattantes alliées. Il fut arrêté par les Allemands et envoyé en Allemagne. Il y fut jugé et condamné à mort. Il fut guillotiné le 30 juillet 1943. Il a donné son nom à la place de Lomener qui surplombe le port.

Anne-Marie Robic (1923-1944)
Anne-Marie Robic est née le 24 juillet 1923 à Lomener. En 1930, celle que tous appelaient affectueusement « Nénette », a 7 ans quand la famille décide de se rapprocher du bourg et de Lorient où le papa avait obtenu un emploi réservé à l’arsenal. Leur choix se porte sur Saint-Mathurin. En 1943, la famille déménagea à Roscodo en Inguiniel et Anne-Marie s’engagea dans la Résistance. En juillet 1944, elle fut exécutée avec ses camarades par les Allemands dans une prairie humide près du village de Keryacunff. Son corps est revenu depuis 1951 au cimetière de Plœmeur.

Paul François (1861-1917)
Paul François est né le 9 juin 1861 à Cheniménil dans les Vosges. Il effectua des études d’ingénieur à l’École Centrale de Paris. Il travaille d’abord à Plémet puis en 1904, s’installe à Plœmeur pour exploiter le gisement de kaolin de Lanvrian. Paul François habitait avec sa famille à Saint-Mathurin dans une belle maison près de l’usine de traitement. Il décéda le 25 juin 1917 à Plœmeur où il fut inhumé. Ce fut son fils Maurice, démobilisé en 1919, qui reprit l’exploitation du kaolin et acheva l’équipement de l’usine de Lanvrian.

Eugène Le Coupanec (1857-1905)
Né le 1er novembre 1857 à Kermélo (Plœmeur), il s’occupa activement de politique seulement à partir de 1889, à l’âge de 32 ans. Avoué à Lorient, il fut conseiller général du canton d’Hennebont en 1892 et député du Morbihan de 1893 à 1898, siégeant sur les bancs Républicains. Il fut maire de Plœmeur de 1899 à 1905.

Jean Bourke (1772-1847)
Jean Bourke naquit à Lorient le 6 juillet 1772. À 15 ans, il entra à l’école des cadets gentilshommes. En 1788, il fut incorporé dans un régiment d’infanterie irlandaise. Il fit une très belle carrière militaire et fut nommé général de brigade en 1809. Il tint le poste d’inspecteur général de l’infanterie de 1824 à 1829. En 1830, il se retira à Kervergant en Plœmeur où il décéda en 1847. Nichée au fond du cimetière, sa tombe est la plus ancienne du cimetière.

Polig Monjarret (1920-2003)
Né à Pabu le 31 juillet 1920, Polig Monjarret était un musicien, un collecteur et un membre du mouvement breton. Il a été le créateur de la Bodadeg ar Sonnerion, principale association de musique bretonne. Avec Pierre Guergadic, président du comité des fêtes de Lorient, il a posé la première pierre de ce qu’est aujourd’hui le Festival Interceltique de Lorient. Il décéda en 2003 et ses funérailles furent célébrées à Larmor-Plage.

Lire la suite

15/09/2022
Houilles. Cimetière du Bel-air : Les concessions abandonnées seront redistribuées
À la limite de saturation, les concessions jugées abandonnées du cimetière du Bel-air à Houilles (Yvelines) vont être retirées. La ville a lancé un état des lieux récemment.

« Il y a de nouveau une vraie dynamique de gestion de cimetière », indique Ewa Labus, conseillère municipale déléguée aux affaires générales.

Ville très dense avec plus de 30 000 habitants, Houilles ne dispose pas d’espace nécessaire pour étendre à l’infini son cimetière.

Ainsi, il est nécessaire de faire régulièrement un état des lieux des concessions. C’est aussi et surtout l’entretien de ce lieu de recueillement qui est pris en compte.

« Il y a le problème des tombes environnantes car les concessions abandonnées peuvent abîmer celles qui sont voisines. C'est un sujet où il faut beaucoup de discernement, qui touche à l'intime. »
Ewa Labus

Une procédure a d’ailleurs été récemment entamée par la ville et un état d’abandon aura lieu le 23 septembre à 14h en présence d’Ewa Labus et Sandrine Martinho, maire adjointe intervenant en qualité d’officier de police judiciaire.

Définir l’état d’abandon

Pour définir les concessions abandonnées, la ville collabore avec une entreprise extérieure, la société Gescime. « Elle est spécialisée dans ce domaine avec certains critères très réglementés comme l’état des concessions, l’entretien et des critères plus primaires comme la date de décès. L’essence de la loi est de s’assurer qu’il n’y a plus personne de la famille ou de proche qui soit vivant et qu’on puisse contacter. »

L’étape une a été lancée dans les cimetières 1 et 2. Plus de 60 concessions sont déjà sur la liste.
« Il y a des concessions perpétuelles. C'est compliqué aujourd'hui avec l'augmentation de l'espérance de vie et le mouvement de la population. On a revisité nos tarifs de concession en donnant de la cohérence afin de favoriser les concessions courtes. On va jusqu'à 30 ans maximum. »
Ewa Labus

Un délai réglementaire 12 mois doit être appliqué avant d’enlever les concessions avant d’être vidées et proposées à d’autres familles.

La commune invite les héritiers du concessionnaire ou les personnes chargées de l’entretien à assister au dit constat ou à s’y faire représenter par un mandataire dûment autorisé. Ensuite la famille peut venir assister à la visite et échanger.

Lire la suite

01/07/2022
Prinquiau. Cimetière, reprise des concessions en état d’abandon
Outre la rénovation énergétique et la restauration scolaire (Presse Océan du 30 juin), le conseil municipal a également évoqué la reprise des concessions en état d’abandon.

En novembre 2021, le conseil municipal s’était prononcé favorablement sur le lancement de la procédure de reprise de concessions en état d’abandon dans le cimetière de la commune avec la société Gescime sur une base de 40 concessions, le coût de la prestation étant de 6 750 €. Lors de son déplacement sur le site le 13 avril dernier, la Gescime a recensé 56 concessions sur la partie la plus ancienne du cimetière pouvant faire l’objet de procédure d’abandon (concessions de plus de 30 ans en cours de validité, n’ayant pas connu d’inhumations depuis au moins 10 ans ou de concessions non entretenues). Afin de traiter l’ensemble, il a fallu inclure les 16 concessions supplémentaires pour un montant de 1 728 €.

De plus, 24 nouveaux caveaux de 2 places ont été mis en place, le tarif de la revente a été fixé à 1 620 € alors qu’auparavant, le tarif de revente était de 1 580 €.

Lire la suite

20/05/2022
Le Pellerin. Les concessions funéraires en état d’abandon reprises
Le conseil municipal a donné son accord, lundi, à la procédure de reprise des concessions funéraires en état d’abandon, et mandaté l’entreprise spécialisée Gescime pour l’accompagner dans ce projet.

La situation des deux cimetières étant différente, tant en termes d’espace disponible pour accueillir les futures sépultures que du nombre de concessions perpétuelles – 457 sur 938 attribuées au cimetière du 11-Novembre, contre 12 sur 280 au cimetière de la Jouardais – il a été décidé de porter l’effort sur celui du 11-Novembre, dit cimetière ancien.

Un premier état des lieux y a été réalisé, retenant une centaine de concessions ayant cessé d’être entretenues (signe extérieur nuisant à la décence et au bon ordre du cimetière) et qui entreront en conséquence dans la procédure.

Le maire, accompagné de la policière municipale, se rendra sur place afin de constater officiellement cet état d’abandon et établir un procès-verbal. La date retenue pour cette première étape est le vendredi 24 juin.

Lire la suite

Nous contacter
Pour toute demande d'informations, contactez notre équipe
02 98 49 08 16